Dysbiose intestinale


La dysbiose intestinale se traduit par un déséquilibre de la biodiversité de la flore intestinale encore appelé microbiote intestinal. 

close up of 3d microscopic blue bacteria

Qu’est ce qu’une dysbiose intestinale ? 

Il peut s’agir aussi bien d’une diminution du nombre de bactéries protectrices ou que d’une hausse des bactéries défavorables menant à une mauvaise adaptation du microbiote intestinal. 

On désigne le microbiote intestinal comme l’ensemble des micro-organismes, bactéries, virus, parasites et champignons non pathogènes, qu’on appelle  commensaux, qui vivent dans notre environnement digestif. Il est ainsi constitué de plus de 10 000 milliards de micro-organismes, représentant un poids total de 2kg. Il est principalement localisé dans l’intestin grêle et le colon.

Aujourd’hui, son rôle est de mieux en mieux connu à travers de nombreuses recherches scientifiques qui tentent  de comprendre les liens entre la dysbiose intestinale et certaines pathologies, en particulier les maladies auto-immunes et inflammatoires.

Nous pouvons alors affirmer avec certitude que l’intestin et son microbiote jouent un rôle primordial dans notre santé et notre bien-être de façon générale. De ce fait, la dysbiose intestinale, peut tout simplement être la cause de certaines maladies, notamment celles sous-tendues par des mécanismes auto-immuns ou inflammatoires. 

De façon générale, il n’existe pas un mais des microbiotes spécifiques à chaque personne en fonction de différents facteurs. Chaque adulte possède entre 800 et 1000 espèces différentes de bactéries, la majorité d’entre elles étant bénéfiques à la santé.

Mais globalement, ce que nous pouvons qualifier de bon microbiote serait un microbiote possédant une grande diversité bactérienne et une concentration en bactéries favorables. 

L’alimentation reste un des facteurs des plus importants dans la prévention du déséquilibre du microbiote.

Quel est le rôle du microbiote ?

Le microbiote joue un rôle dans plusieurs fonctions dans notre corps :  

  • Fonctions digestives et métaboliques :  

Les aliments qui ne sont pas digérés dans l’intestin grêle sont fermentés par le microbiote intestinal dans le côlon. Fermentation des aliments

Cette fonction est primordiale pour notre confort digestif quotidien et surtout, est bénéfique pour notre santé en libérant des acides gras à chaîne courte (postbiotiques), qui sont des graisses impliqués dans de nombreuses réactions de l’organisme.

Il participe également à la synthèse de certaines vitamines comme la vitamine K et à l’absorption de différents micronutriments comme le calcium, le magnésium ou encore le fer.   

  • Immunitaire : 

Car près de 60% de nos cellules immunitaires sont contenues dans notre intestin. 

Notre microbiote exerce un effet barrière pour nous protéger contre les agents pathogènes, ce qui également stimule davantage notre système immunitaire.

Effet barrière : Adhésion des bactéries du microbiote à la muqueuse intestinale pour empêcher les micro-organismes pathogènes de se développer l’intestin.

  • Neurologiques :

Il existe un axe intestin-cerveau qui communique en permanence.

L’intestin héberge plus de 200 millions de neurones c’est la raison pour laquelle nous pouvons considérer notre intestin comme un peu notre deuxième cerveau. 

Ces neurones vont par exemple pouvoir produire des neuromédiateurs tels la sérotonine, intervenant sur le comportement alimentaire et émotionnel général.

Le manque en sérotonine pouvant être un de facteurs déclenchant des pulsions alimentaires.

Conséquences d’une dysbiose intestinale : 

Outre une alimentation déséquilibrée, cette dysbiose peut être liée à une mauvaise gestion du stress, des prises de médicaments ou d’antibiotiques régulières, ou encore une maladie.

Cela mène à plus ou moins long terme, à des conséquences telles que 

  • du surpoids et de l’obésité, 
  • des maladies cardio-vasculaires, 
  • du diabète via de l’insulino-resistance, 
  • des allergies ou intolérances alimentaires (notamment chez l’enfant), de l’Asthme
  • de l’eczéma, 
  • Alzheimer, 
  • Autisme
  • anxiété, stress, dépression,
  • des inflammations métaboliques, (MICI) 
  • Syndrome de l’Intestin Irritable
  • un syndrome de l’intestin Irritable 

Quels sont les signes d’une dybiose intestinale : 

Les signes sont divers et ressemblants à ceux des intolérances alimentaires, ce qui explique souvent la recherche d’intolérance alimentaire en parallèle à la suspicion d’une dysbiose.  

  • Troubles intestinaux : diarrhée, constipation ou alternance des deux, ballonnement, gaz, maux de ventre
  • Reflux gastro-œsophagiens, renvois, mauvaise haleine
  • Symptôme neurologiques : migraine, troubles émotionnels, insomnie
  • Manifestation cutanées : acné, eczéma, psoriasis, urticaire, prurit, …
  • Symptômes infectieux : infections récidivantes (sinusite, rhinite, cystite, mycose…)
  • Maladies inflammatoires : arthralgie, lombalgie, tendinite, fibromyalgie, …
  • Maladies auto-immunes

Quelles pistes de travail : 

Notre microbiote est un acteur majeur de notre santé. En optant pour des choix alimentaires conscients et favorables, nous pouvons prévenir bon nombre de pathologie et rallonger ainsi notre durée de vie.

Quand une dysbiose intestinale apparait, on se doit de travailler tant sur les choix alimentaires en fonction de chaque pathologie que sur le fonctionnel par le biais de la micronutrition. C’est un travail complémentaire et indissociable pour permettre le rééquilibrage de la flore intestinale et cela prend souvent du temps. 

Diplômée en micronutrition et spécialisée dans les difficultés digestives, mon rôle sera de vous aider dans votre alimentation tout en vous proposant une option de compléments optimaux et adaptés à votre pathologie. 

Le travail doit se faire pas à pas et doit être spécifique à chacun. 

Le rééquilibrage du microbiote intestinal se travaille d’une part dans l’assiette et d’autre part dans la micronutrion, en complémentarité.

Tél. : 01 42 78 84 70
Email: do.nutrition@gmail.com

30, rue de Rivoli
75004 Paris